Le congé parental : mon choix du cœur

82183224_626502111450822_6213255176799649792_n.jpg

Pour ceux qui me suivent sur les réseaux vous avez pu voir que mon congé maternité a prit fin il y a quelques jours. Actuellement je suis en congés payés pour une durée d’un mois. Puis je serais en congé parental à temps complet pour une durée initiale d’un an. Après avoir longuement réfléchi avec mon mari, nous avons fait ce choix pour que je puisse rester avec nos enfants. Volontairement je choisis de ne pas utiliser le mot « m’occuper » de mes enfants, car c’est bien pour être avec eux, profiter d’eux, les voir grandir, passée du temps à 2, à 3, à 4 que nous avons fait ce choix. Un choix qui va changer nos vies sur plusieurs points mais qui est indispensable à la bonne santé de notre famille, à ma propre santé.

Car oui, qu’on se le dise bien , on ne fait pas fortune avec les aides pour un congé parental pour deux enfants. Et je l’ai pourtant déjà entendu tant de fois, mais alors j’aimerais bien qu’on me donne l’astuce car pour nous il n’en sera rien. Nous avons revu à la baisse un maximum de nos abonnements (téléphones, assurances etc). Et nous fonctionnons différemment pour les courses, les repas. Je me soigne j’arrête de faire des réserves comme si une guerre se profiler !! Non mais vous rigolez mais ce n’est pas si simple que ça pour moi, je ne sais pas d’où me vient cette angoisse de manquer de nourriture. Ah si je sais ! De ma maman adorée ! J’ai toujours au moins un paquet d’avance de tout, alors maintenant on fait l’inventaire des placards, on fait les menus en fonction et on n’achète que ce qu’il manque réellement.

Il n’y aura certainement pas de départ en vacances cet été , mais nous profiterons des alentours.

Bref tout ça pour dire que nous faisons ensemble ce choix et que oui ça demande de se réajuster , mais que nous ne le regrettons pas du tout. À la simple idée de devoir laisser mon bébé je fonds littéralement en larmes. C’est viscéral. Je préfère faire ce genre de concession plutôt que de me rendre malade de devoir les laisser, ou plutôt que mes enfants ait une maman malheureuse.
Mon métier d’EJE n’y est pas pour rien dans ce choix. D’abord c’est assez contradictoire pour moi de laisser mes enfants pour devoir aller m’occuper de ceux des autres. Durant mes trois années de formations au diplôme d’EJE , nous rabachons , nous prouvons par A+B que la relation mère/enfant est indispensable au bon développement globale de l’enfant, qu’il faut le préserver au maximum . A côté de ça , l’État français fixe la durée du congé maternité à deux minuscules petit mois après l’accouchement. À deux mois qu’on se le dise bien , rare sont les bébés qui font déjà leur nuit Si nous faisons le choix de l’allaitement maternel, il commence tout juste à se mettre réellement en place, bébé et maman trouvant un petit rythme, encore que ça soit encore très aléatoire. Deux mois certes où nous sommes avec notre bébé mais où la vie autour de nous ne s’arrête pas pour autant. Quand il y a déjà un premier enfant comme dans mon cas, il faut aussi être disponible pour lui , donc les temps de repos sont rares. Et l’administratif, les soucis ne disparaissent pas pendant ce congé maternité et il faut faire face. Pour ma part je peux clairement dire que mon premier mois de congé maternité a été gâché par des soucis divers et variés mais notamment par des soucis d’incompétences de soi-disant grandes entreprises françaises, qui ne se préoccupent en rien de l’impact qu’a leur action sur nos vies.

82651312_754138711662365_7805818939803435008_n
Je ne jette pas la pierre aux personnes qui souhaitent reprendre leur travail, à ceux qui n’ont pas le choix aussi. Je ne fais en rien cet article pour justifier auprès de quiconque mon choix, notre choix. Je fais cet article pour décrire mon ressenti, mes sentiments, mes pensées. A partagé avec vous , mes lecteurs, un moment de ma vie. Car oui, c’est bien à ça que sert un blog, partager avec les autres, des sujets divers et variés, et aujourd’hui j’avais envie de vous dire tout cela.
Alors je vais profiter de cette année de congé parental pour observer mes enfants grandir, jouer avec eux, lire avec eux, me balader avec eux, les nourrir de mon amour, et moi de me nourrir du leur. N’en déplaisent à certaines collègues de la petite enfance je vais aussi laisser Poupette deux jours par semaine chez sa nounou. Parce que oui on l’entend souvent en structure petite enfance « pfff cette maman a un congé parental elle pourrait le garder son enfant quand même ! ». Alors oui je vais passer du temps aussi avec Poupette, mais elle vient d’avoir trois ans, adore passer du temps avec ses « coupines » et l’école n’est que dans 9 mois alors qu’elle en parle déjà. Et oui ce temps séparé nous fera aussi du bien pour souffler chacune de notre côté, et pour moi de passer aussi du temps seul avec mon Titibout.

Surement que beaucoup n’auront pas lu mon article jusqu’au bout mais vous n’imaginez pas à quel point ça fait du bien d’écrire, de me livrer. Alors oui cette année va parfois être dure, parfois être super mais quoi qu’il en soit , ce congé parental c’est mon choix, mon choix du cœur. Rdv dans un an pour faire le bilan de cette année passée et voir ce qu’il en sera de mon avenir !

Et vous quel est votre ressenti face à tout ça ?

30 réactions au sujet de « Le congé parental : mon choix du cœur »

  1. Bonjour,
    Je prends rarement le temps de lire les articles et c’est bien la première fois que je vais laisser un commentaire quelque part, mais j’ai eu l’impression en lisant cet article, que mes pensées étaient écrites en noir et blanc devant moi!!!
    Cela fait tellement de bien !!
    Maman EJE de deux filles de 3ans et 4 mois …et en congé parental également!!
    Ces moments c’est la base de la vie, c’est si précieux !!

    1. Merci beaucoup de m’avoir lu et d’avoir écrit. Je suis tellement heureuse que cet article parle à d’autre personne. Comme la sensation que dans la petite enfance certain sujet sont tabou pour nous même alors que nous passons notre temps à écouter, exprimer les émotions des personnes qu’on accueil et avec qui on travaille.

  2. Bonjour, je suis un peu dans le même cas que vous, mais malheureusement je n’ai pas vraiment eu le choix…j’ai du reprendre mes fonctions de responsable de multi accueil alors que mon tout petit n’a que 3mois…direction l’assistante maternelle pour lui. Le congé parental j’y ai pensé…mais 390 euros par mois dans mon cas sans autre aide sociale car papa est a son compte c’est vraiment pas suffisant pour me permettre de profiter de mon 2ieme petit mec…impossible pour nous de faire autrement alors c’est avec un peu de culpabilité que je reprends en pensant a tous les moments que notre système administratif me vole auprès de mon enfant…. profitez a fond car un autre choix s’offre a vous et cela est genial!

    1. Merci de votre témoignage et je suis persuadé que les moments passés en famille n’en seront que plus intenses.

  3. Le plus important c’est que tu te sente bien et épanouie. C’est tout à fait compréhensible de vouloir passer du temps avec ses enfants et surtout de les voir évoluer et s’éveiller. En tant qu’assistante maternelle, c’est ce que je conseille aux jeunes mamans. Bon congé

    1. Je suis bien d’accord. Et souvent c’est difficile à cause du côté financier ce qui est bien normal mais je trouve qu’on devrait nous permettre de faire ce choix plus sereinement

  4. Tout à fait d’accord en vous lisant… Je n’ai pris que 6 mois de parental car premier enfant, un choix, exactement comme vous décrivez le vôtre mais pas toujours facile financièrement… On a bien mit encore quelques mois à remettre nos comptes d’aplomb, faut pas croire que l’apnée ne dure que 6 mois… Quand on reporte les grosses dépense à plus tard et que finalement à un moment donné, on n’ a plus le choix (la voiture tombe en panne, la machine à laver, l’aspirateur, la regul d’edf…) bref, on retient les beaux moments où on s’est nourrit de cet amour partagé, comme vous l’avez si bien expliqué. Et non, on ne regrette vraiment rien !!!
    Je suis aussi EJE et même si j’ai été contente de reprendre mon activité quand mon petit bout a eu 10 mois, j’ai parfois mal à mon petit cœur de maman : le paradoxe de s’occuper des enfants des autres quand on laisse le sien chez nounou…
    Bref, joli texte. Merci !

    1. Merci d’avoir prit le temps de me lire et de témoigner à votre tour. Ça fait du bien de ne pas être seul à ressentir tout ça.

  5. Je suis également maman de deux petites filles, Héloïse, la première a 26 mois et la deuxième, Bertille a 8 mois et demi. Je suis aussi EJE. J’ai pris un congé parental de 6 mois pour la première et je fais pareil pour ma deuxième. Je vais reprendre début mars… ma puce aura 10 mois…
    C’est sûr que ce n’est pas évident DU TOUT financièrement mais jamais je ne pourrai regretter tout ce temps passé à accompagner mes filles dans leurs moments de découvertes, de rires, de larmes.
    J’ai également laissé Héloïse à la crèche pendant mon deuxieme congé parental. Et non, vous avez raison de ne pas culpabiliser. D’abord parce que le deuxième enfant a lui aussi le droit d’avoir des moments privilégiés avec son parent chose difficile quand on est deuxième… et comme vous l’avez dit parce que le plus grand s’y retrouve en collectivité (en tout cas ma fille veut aller à la crèche et ne veut pas en partir) !
    Congé parental = choix du coeur poir moi aussi !!! Bonne continuation à vous et profitons de nos enfants qui grandissent trop vite !!!

  6. Chacun fait ce qu’il a envie. Une chose est sûre, les aides ne sont pas suffisantes et avec un enfant, c’est 6 mois max. J’ai fais le choix de poursuivre mon 80% mais je n’ai rien de la caf pendant 2 ans et demi. Si un jour, il y avait un deuxieme enfant, je ferai peut-être différemment. Si mon accouchement avait été plus sympa, je réagirai aussi différemment ça c’est sûr, j’ai repris beaucoup trop tôt et ça m’a joué de sacrés tours..

    1. J’avais déjà fait le choix de prendre 6 mois avec Poupette, et avec mes autres congés j’ai pu la garder jusqu’à ses 10 mois. Mais j’ai très mal vécue ma reprise alors que je savais qu’elle était bien où elle allait, et mon senti de mal être que j’avais dans le boulot où j’étais à cette époque n’a fait que s’accentuer et à m’a conduite à chercher un autre lieu. Le financier ne devrait pas être un frein à faire ce choix mais comme tu le dis nous sommes si mal aidé. Ça a un côté très culpabilisant voir égoïste quand on y pense. C’est pourquoi il faut bien être en accord avec soit même, son compagnon etc.

  7. Bonsoir.

    J ai lu avec grande attention votre recit et je vous remercie.
    J ai fait ce choix comme vous de prendre ce congé parental en sachant consciemment que pour dans ma situation je perdrais aussi mon travail ( cdd eje directrice multi accueil fpt non titulaire) alors ouuiii cel a nécessité aussi une grande re organisation logisric/financière mais on ne s est pas senti dans la privation.
    En janvier 2018 mes enfants avaient alors 3 ans et 1 mois et 18 mois.
    Une année s est écoulée…..que je ne l ai pas vu s écouler tellement elle a été en réalité pleine d instants que je n aurai jamais pu imaginer.
    Une année comme vous l écrivez qui justement ou j ai vraiment eu le sentiment de voir mes enfants grandir, de pouvoir réellement respecter au mieux leur rythme,prendre le temps d échanger et de découvrir ensemble toutes sortes de superbes aventures/ expériences.
    Alors ce n est pas de tout repos….c est aussi fatiguant voir parfois pire car la non distance et la coupure n’est pas possible et l affect est en permanence present, mais quel enrichissement.
    C er difficile de mettre en mots. J ai pu mettre une grande part de cette énergie pour chercher pleins de bons plans souvent gratuits par simple inscriptions: ateliers,spectacles, découverte de mieux d accueils supers comme ludothèque.
    La complicité entre mes deux enfants s est renforcé. Je trouve que mes enfants sont plus apaisés, sensibles et à l écoute des uns et des autres.
    Je vous souhaite une tres belle aventure aussi riche que celle que je viens de vivre et qui finalement pour moi se prolonge car bebe 3 s est installé par miracle ( avant parcours PMA) et rdv dans 1 an 😉
    Camille.

    1. Bonjour et merci d’avoir prit le temps de me lire et de me laisser se long témoignage. Je pense que nous sommes nombreuses à ressentir tout cela dans le monde de la petite enfance mais qu’on s’interdit de poser des mots sur nos émotions de maman alors qu’on passe notre temps à vouloir faire exprimer les émotions des enfants, parents, pro qu’on côtoye tous les jours. C’est le 2eme article que j’ose écrire à cœur ouvert, que je dirais que j’ai besoin d’écrire, et c’est la deuxième fois que mes mots parlent à d’autre alors je suis heureuse.

    1. Je suis entièrement d’accord avec vous. Le principal c’est d’être en accord avec soit même.

  8. J aurais aimé pouvoir le faire mais financièrement ce n était pas possible.tu as bien raison de le faire.

  9. Je comprends tellement bien ce que tu ressens, j’ai moi même fais ce choix quand j’ai eu ma grande, enfin ce n’est pas tout à fait le même puisque comme c’était la première je n’avais pas le droit au congé parental, ça aussi c’est honteux tu ne trouves pas? N’empêche que je ne me sentais pas capable de laisser mon bébé toute la journée, ne pas la voir grandir, rater ses premiers pas qui auraient certainement eu lieu chez la nounou, et bien d’autres choses, c’était impossible et inimaginable pour moi. Ça n’a pas toujours été simple mais j’ai fait ce choix et j’ai pu profiter de mes enfants pleinement, aujourd’hui je ne regrette absolument pas, ma petite dernière est maintenant en petite section, je commence donc à me préparer à retrouver un emploi, cette année je profite encore d’elle les après-midi, mais je ressens le besoin personnel de travailler, de m’évader un peu et retrouver un rythme différent, et puis l’an prochain ma fille aura école toute la journée. Tu as raison de suivre ton ressenti, tes envies, il ne faut rien regretter, profite à fond de cette belle année qui se profile 😉

  10. Mon bebe a eu un an samedi dernier et jai eu la chance de pouvoir prendre 7 mois pour etre a ses côtés, l’entourer de mon amour, m’adapter a ses besoins, suivre son rythme, la voir grandir, profiter de doux moments toutes les deux, avec son papa, avec nos familles et nos amis Et Dieu que cest bon je souhaite a toutes les femmes si tel est leur choix de pouvoir le vivre car cest pour moi la plus belle aventure de ma vie 💖 merci pour tes mots qui me font tant écho !

  11. Coucou, le principal est de faire ce qui est le mieux pour toi et ta famille.
    Profites à fond de tes loulous tu as bien raison j’ai fait pareil.
    Plein de bonnes choses à toi et ta petite famille.
    Bisous

  12. Je savoure mon congé parental avec grand plaisir! Et c’est d’ailleurs bientôt fini pour moi puisque soi disant pour une égalité homme-femme, je n’aurai plus d’aide de le CAF, je vais donc devoir travailler mais je fais tout pour que ce soit depuis chez moi…

  13. C’est fou comme l’on peut être jugée quoique l’on décide. Profites bien de cette année. Elle ne sera pas toujours facile tu l’as dit mais le bilan général devrait être positif!
    Je reprends dans 15 jours alors que numéro 3 aura seulement 4 mois. Un demi choix mais avec la chance de ne reprendre qu’à 3 jours par semaine, ça devrait aller.

  14. Comme je te comprends, si je pouvais j’aimerai aussi reprendre mon 80% pour une meilleure relation avec mes enfants. J’ai l’impression de ne pas assez profiter d’eux.

  15. Bonjour,
    Actuellement enceinte de mon troisième enfant, je me questionne et appréhende un peu l après accouchement. Surtout la reprise du travail.
    Mes deux premiers j ai pu les garder avec moi au min 6 mois et je ne me suis pas posé plus de question que ça. J ai un poste de direction, assez de flexibilité dans l aménagement de mes horaires, mais déjà « une boule au ventre » de me dire que je devrais laisser mon bébé si petit.
    Cet article me parle et m éclaire.
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *